AS ESPAGNOLS SCHILTIGHEIM : site officiel du club de foot de Schiltigheim - footeo

Basket-ball - Pro A (25e journée) : SIG – Chalon-sur-Saône (18h, en direct sur dna.fr) Entre Européens

26 mars 2016 - 11:00

Les deux derniers rescapés français en coupes d’Europe, la SIG et Chalon, s’affrontent, cet après-midi, au Rhenus. Les Alsaciens auront-ils récupéré des efforts consentis mercredi face à Nizhny Novgorod ?

C’est encore l’un de ces fameux hasards du calendrier. Cet après-midi, la SIG reçoit en effet Chalon-sur-Saône pour ce qui constituera un choc entre les deux derniers représentants français sur la scène européenne.

Les deux formations ont d’ailleurs poussé le mimétisme jusqu’à se qualifier mercredi à quelques heures d’intervalle pour le dernier carré de leur compétition respective. Chalon a d’abord validé son billet pour le Final Four de la FIBA Cup en s’imposant une seconde fois contre Yuzhne (79-83). La SIG, elle, s’est hissée, un peu plus tard dans la soirée, en demi-finale de l’Eurocoupe en arrachant le match nul (91-91) contre Nizhny Novgorod à l’issue d’une rencontre d’anthologie et de deux prolongations haletantes.

«On a quand même vécu quelque chose de paroxystique»

À l’heure de retrouver le championnat domestique, où ils restent sur une impressionnante série de onze victoires en douze sorties, dont sept à la file, les hommes de Vincent Collet vont devoir redescendre de leur petit nuage. Basculer sur un autre match, une autre épreuve, après l’acmé connue mercredi, voilà qui est plus facile à dire qu’à faire. «On a quand même vécu quelque chose de paroxystique. Les émotions générées n’étaient pas normales », reconnaît sans peine le coach strasbourgeois.

«La problématique est la même pour nos adversaires, s’empresse d’ajouter le stratège de la SIG. Mais la difficulté, c’est que l’on est à domicile et que c’est probablement plus difficile de se reconcentrer dans ce cas-là. Le handicap, après ce type de victoire qui fait très plaisir, c’est la perte d’agressivité. Tu es dans une espèce de consensus mou, tout le monde est content, “a la banane”, et c’est encore plus vrai quand tu es chez toi. Le fait d’aller en terrain hostile, par contre, t’incite généralement à plus de prudence.»

S’il est donc toujours compliqué d’enchaîner, à plus forte raison sur les lieux même de l’exploit – «Tu ne vas pas induire de l’excitation, de l’agressivité naturellement» –, l’identité de l’adversaire peut aider à la remobilisation. «Il y a le piment de l’adversité. On affronte une forte équipe, qui nous a battus au match aller (88-76, ndlr) et dont on sait qu’elle nous pose toujours des problèmes.»

«Ils sont calés, très organisés, mais avec une prise de risques importante. Les joueurs sont très agressifs, détaille Vincent Collet, laudatif. Et la deuxième chose, dont on parle moins mais qui est frappante, c’est la mobilité sans ballon. C’est une équipe qui bouge très bien sans la balle, utilise vraiment bien l’espace. Sur les actions de “post-up”, les coupes sont systématiques, il y a beaucoup de “backdoor” dans leur jeu et ils t’obligent, par conséquent, à beaucoup de vigilance sur les non-porteurs.»

Certains ont fini la rencontre sur les rotules

Face au collectif le plus prolixe de Pro A (86,6 points de moyenne), une équipe «qui joue tous les temps de l’attaque» et est réputée pour son adresse longue distance – 38% à 6,75 m, soit le deuxième total le plus élevé de la division derrière les 40%… strasbourgeois –, «il faudra faire une prestation défensive de haut vol», prévient le technicien d’Alsace.

Les jambes suivront-elles? C’est l’autre inconnue du jour. Louis Campbell et ses partenaires ont en effet laissé beaucoup de gomme face à Nizhny Novgorod, compilé des temps de jeu extravagants (plus de quarante minutes pour Rodrigue Beaubois, Kyle Weems et Mardy Collins) et fini la rencontre «entamés», sur les rotules même pour certains.

«On a clairement privilégié la fraîcheur, en sachant qu’on va s’entraîner dimanche matin, et allégé le contenu de la séance d’aujourd’hui (hier) , ajoute Vincent Collet. Parce que je pense au match contre Chalon, mais encore plus à celui de mardi prochain (contre Trente). Le fait d’en faire peu (ce vendredi) peut s’avérer négatif contre l’Élan, mais c’est un risque que j’assume. Il convient d’être raisonnable par rapport à l’enchaînement.»

Il faut donc espérer que les héros, tout à l’heure, ne soient pas trop fatigués.

DNA.FR

Commentaires